Deux minutes

Deux minutes pour s’informer sur les marchés financiers

Que faut-il retenir de la semaine passée ?

L’optimisme suscitée par le développement d’un vaccin contre le coronavirus a de nouveau soutenu les marchés mondiaux au cours de la semaine terminée jeudi[1]. L’économie chinoise a renoué avec la croissance au deuxième trimestre (T2) avec un PIB en hausse de 11,5 % en glissement trimestriel, contre une contraction de 10 % au T1. Toutefois, les ventes au détail ont été déprimées et les tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine ont quelque peu freiné la reprise du marché. Le Beige Book de la Réserve fédérale américaine – son commentaire sur les conditions économiques – indique que l’activité a progressé dans presque tous les compartiments. Les cas de coronavirus continuent cependant d’augmenter aux États-Unis.

[1] Indice MSCI World NR exprimé en USD. Source : Factset au 16/07/2020

État du monde

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé son programme de relance contre les effets du coronavirus et ses taux d'intérêt inchangés la semaine dernière, le taux de dépôt restant à -0,5 %. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, note que les indicateurs économiques montrent une « reprise significative, bien qu’inégale et partielle » en mai et juin. De même, la Banque du Japon (BoJ) a maintenu ses taux d’intérêt inchangés à -0,1 %. L’institution a indiqué qu’elle prévoit une récession de 4,7 % pour l’année fiscale en cours en raison de la pandémie de coronavirus. Elle prévoit une croissance de 3,3 % en 2021.

Le chiffre de la semaine

7 millions

Selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), la demande mondiale de pétrole devrait se redresser et augmenter de sept millions de barils par jour (mb/j) en 2021, tout en restant inférieure aux niveaux antérieurs à la crise liée au COVID-19. Cette année, la demande de pétrole devrait se contracter de 8,9 mb/j. L’OPEP et ses alliés ont déclaré la semaine dernière que les baisses de production seraient plus limitées alors que l’économie mondiale commence à se remettre de la pandémie.

Eclairage

Destruction créative

L’idée selon laquelle les faillites libèrent de la main-d'œuvre et des capitaux qui vont être redirigés vers des secteurs plus productifs de l’économie, leur permettant d’être mieux employés à mesure que les innovations remplacent des produits et des services dépassés. Ce processus est accéléré pendant les récessions et devrait être particulièrement marqué dans le cas de la crise liée au COVID-19. Les réformes structurelles impulsées par les décisions politiques viseront à renforcer ce processus et à éviter le risque évident que l’effondrement des entreprises et de l’emploi cause des dommages permanents.

Prochaines échéances

Jeudi, la BoJ publiera le procès-verbal de sa dernière réunion de politique monétaire. Les données des indices préliminaires des directeurs d'achats (PMI) pour le mois de juillet au Japon seront connues mercredi. Jeudi, les données sur la confiance des consommateurs dans la zone euro et sur les demandes d’allocations chômage aux États-Unis seront publiées. Vendredi, les PMI préliminaires de juillet pour la zone euro, les États-Unis et le Royaume-Uni, ainsi que les ventes au détail du Royaume-Uni, seront divulgués.

L’investissement sur les marchés implique un risque de perte en capital.
 
Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 50