L'économie évolutive

Le futur de la digitalisation dans un monde post-covid - Episode 1 : La logistique

La page d'origine peut être consultée ici

La logistique : Chercher de la valeur dans la supply chain

Les chaînes d’approvisionnement modernes, conçues pour bénéficier des processus de production qui permettent de réduire les coûts à travers le monde, se sont étendues et sont devenues de plus en plus complexes. La pandémie a cependant incité un plus grand nombre d’entreprises à se tourner vers des sources d’approvisionnement plus locales.

« Le réseau logistique mondialisé d’aujourd’hui a été optimisé pour identifier les délais les plus courts au prix le plus bas possible », déclare le professeur Carlos Cordon de l’IMD Business School. M. Cordon estime cependant que l’évolution de la situation politique, la tendance croissante des consommateurs à acheter des produits de niche et la pandémie mondiale ont mis en évidence les faiblesses inhérentes à ce modèle de fabrication. « Le coût masqué lié à la dépendance à une source unique et au manque de flexibilité pour s’adapter aux chocs en temps réel a été mis à nu », ajoute-t-il. 1

La guerre commerciale sino-américaine avait déjà attiré l’attention sur les chaînes d’approvisionnement et la logistique. « L’idée de pouvoir être pénalisé de manière significative par un événement survenant à l’autre bout du monde a beaucoup d’importance lorsque vous gérez votre chaîne d’approvisionnement », souligne M. Riley.

La guerre commerciale et les perturbations croissantes occasionnées par les catastrophes naturelles ont fait apparaître la fragilité et la complexité de nombreuses chaînes d’approvisionnement. Parallèlement, l’adoption accrue de la robotique et des technologies automatisées « a commencé à éroder certains des avantages liés à la fabrication à faible coût », ajoute M. Riley. « La Covid et la guerre commerciale ont révélé les avantages géopolitiques liés à la présence d’un secteur manufacturier à proximité. »

En outre, l’opinion dominante selon laquelle la fabrication et la livraison à flux tendus (visant à réduire les coûts de stockage) constituent le meilleur mode de gestion des chaînes d’approvisionnement est en train d’évoluer, estime M. Chuang. « À l’issue de la pandémie, nous pourrions voir les entreprises passer du flux tendu au stockage accru de marchandises afin d’assurer la continuité de l’approvisionnement en cas de perturbation. »

La propagation du coronavirus a entraîné la mise en place de mesures de confinement et de sécurité, ainsi que la fermeture de certaines frontières qui ont restreint la circulation des marchandises. En Pologne, des files de camions de 60 km se sont formées sur l’autoroute A4 après la fermeture de la frontière avec l’Allemagne à la mi-mars.2 En Inde, le confinement s’est soldé par un manque de chauffeurs de camions, « entraînant l’accumulation de plus de 50 000 conteneurs dans les ports de Chennai, Kamajarar et Kattupalli. »3

Ces perturbations ont accentué le besoin de visibilité et de traçabilité des chargements. « Cela entraine des investissements dans des technologies comme l’IdO, le cloud, l’automatisation et l’analyse de données. À long terme, la robotique, les drones et les véhicules autonomes pourraient permettre de limiter le risque de pénurie de main-d’œuvre pour les prestataires de services logistiques », déclare la Société financière internationale (IFC) dans un récent rapport intitulé « The Impact of Covid-19 on Logistics. » [10]

Les capacités de ces technologies seront renforcées par le lancement de la 5G, qui permettra également la création de nouveaux modèles économiques sur lesquels nous ne pouvons actuellement qu’émettre des hypothèses, souligne M. Riley.

Source : Fédération internationale de la robotique, 2020

M. Chuang indique que de nombreux fournisseurs envisagent l’utilisation « d’usines presque entièrement automatisées » qui profitent de l’arrivée sur le marché de robots chinois de qualité équivalente mais moins onéreux, ce qui leur permet à la fois de maintenir leurs marges et de compenser une pénurie de main-d’œuvre amplifiée par le confinement. Ce contexte présente une opportunité potentiellement colossale d’investir dans des entreprises offrant à la nouvelle génération de travailleurs la possibilité d’acquérir des compétences d’avenir, un grand nombre d’entre eux étant susceptibles de travailler avec des robots.

De nouvelles opportunités en matière de robotique, d’automatisation et de numérisation se dessinent dans un grand nombre de secteurs, les prestataires logistiques cherchant à se redéfinir comme fournisseurs de solutions globales capables d’aider les clients à réagir plus rapidement aux événements imprévus et à l’évolution rapide de la demande. La délocalisation de proximité, ou « near-shoring », des chaînes d’approvisionnement peut faire naître des opportunités d’investissement dans de nouvelles installations de production de pointe plus proches des marchés finaux. »

[1] https://www.imd.org/research-knowledge/articles/A-post-COVID-19-outlook-The-future-of-the-supply-chain/

[2] https://www.irishtimes.com/news/world/europe/coronavirus-huge-traffic-jams-as-eu-countries-close-borders-1.4205846

[3] https://www.thehindubusinessline.com/economy/logistics/over-50000-containers-stuck-at-3-major-ports-in-chennai/article31263262.ece

10 https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/2d6ec419-41df-46c9-8b7b-96384cd36ab3/IFC-Covid19-Logistics-final_web.pdf?MOD=AJPERES&CVID=naqOED5

Avertissement

Investir sur les marchés présente des risques de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.